Focus – L’évolution du community management ces 10 dernières années

Vous pensez que le community management est un phénomène nouveau ? Vous vous trompez !

En effet, le community management n’est pas un phénomène nouveau, et il a bien évolué en 10 ans et à présent, on peut voir les entreprises s’y abattre afin de communiquer efficacement, tout en maîtrisant leur budget.

Pour le community manager, la notoriété est devenue l’un des objectifs majeurs à travailler sur les réseaux sociaux, au sein des entreprises. Elle ne s’acquiert cependant pas directement, avant de travailler sur le trafic, la visibilité et l’image, sauf dans le cas où les marques possèdent déjà une notoriété.

Voyons comment le métier de community manager a évolué au fil des années. Distinguons ainsi les différents objectifs sur lesquels le community manager travaille.

Les entreprises face au community management 

Les entreprises ont beaucoup évolué sur la nécessité d’avoir un community manager au sein de leur effectif. Cela a ainsi permis d’établir une présence sur les réseaux sociaux et une image qui s’est développée et installée au fil des années.

Il n’en était pas ainsi au commencement, où le métier de community manager était totalement méconnu et où les entreprises ne pouvaient comprendre réellement son rôle. Il y a eu alors un gros travail d’évangélisation de la part de certains community managers et notamment via de nombreux médias traitant du sujet.

L’idée était également et l’est encore aujourd’hui (à moindre échelle), de pouvoir s’identifier à différents cas de figure. Qu’il s’agisse d’entreprises en BTP, de restaurants, de salons de coiffure, de banques, d’institutions publiques ou encore de domaines plus spécifiques.

  • Toutes les entreprises doivent-elles être présente sur les réseaux sociaux ?
  • Quels intérêts en retire-t-on ?
  • Doit-on absolument avoir un community manager quand on est présent sur Internet ?
  • Peut-on attribuer ce rôle à une personne en interne (communication / marketing) ?

De nombreuses questions auxquelles il fallait répondre, pour mieux définir le réel intérêt du profil aux entreprises.

De là a ensuite découlé le fameux R.O.I. à rechercher en community management. Un sujet qui a relancé le débat sur le rôle du community manager et sa capacité à être intégré directement ou indirectement à la performance de l’entreprise. Ce qui impliquait de le rattacher à l’évolution de son chiffre d’affaires bien entendu.

Un professionnel devait donc pouvoir comprendre l’intérêt de faire appel à un community manager et à en cerner tous les contours. Ce travail d’évangélisation se poursuit encore et on peut voir aujourd’hui les nombreux changements.

Quelques chiffres sur le community manager en 2020

Plus de 10 ans plus tard, c’est au travers d’études et notamment l’étude annuelle des CM gérée par le BDM, que de nombreuses évolutions sont constatées.

  • 56 % des community managers ont à présent plus de 5 ans d’expérience professionnelle.
  • 72 % de femmes se positionnant sur le métier. Un taux qui est en nette progression depuis le début.
  • Les salaires évoluent (un peu) : 28,8 K€ en moyenne
  • 28 ans : C’est l’âge moyen du community manager, ce qui n’exclu en rien la séniorité dans le métier.
  • 59 % des community managers sont en CDI. Là aussi un taux qui a nettement évolué depuis les débuts du métier.
  • 15 % des community managers sont des freelances. On en comptait de nombreux au départ car les entreprises méconnaissaient réellement ce métier.

Par manque de connaissance des entreprises, de nombreux CM de la première heure finissaient par se lancer en indépendant. On peut dire qu’en parallèle ils ont eux mêmes contribués à faire connaître le métier.

Le community management aujourd’hui !

Le community manager a longtemps essuyé les plâtres d’un manque de maturité web de la part des entreprises et d’une intégration parfois difficile. 

Le community manager est-il devenu aujourd’hui un rôle mieux reconnu et surtout mieux valorisé en entreprise?

Si on le juge par les CDI qui progressent et les salaires qui évoluent, on peut dire oui sans rougir. Le community management s’est fait sa place au sein d’un univers qui tend tout de même vers le tout digital. Les entreprises comprennent mieux son rôle et son réel intérêt pour développer une présence en ligne.

De ce fait elles peuvent  travailler sur des objectifs d’image et de notoriété après avoir gagné en visibilité.

Reste qu’en ces jours, certaines sociétés voudraient des community managers à la performance et donc directement impliqué dans la rentabilité et le développement du chiffre d’affaires. Un travail qui est aujourd’hui réalisé indirectement, mais pas directement comme s’il s’agissait de vendre à sa communauté. Ce n’est pas le rôle du community manager et de nombreux paramètres sur lesquels il n’a pas la main, interfèrent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *